29 septembre 2017 : UNE DEVISE DE JEUNES « LA FRATERNITE »

2017JeunesStAndréIls étaient 170, tous élèves de 6e du Collège Saint André de Colmar, à sauter des quatre bus qui les ont acheminés sur les hauteurs de Saint-Marc avec leurs accompagnateurs. Partis pour un périple de plusieurs stations à effectuer à  pieds à  travers les collines vosgiennes les unes plus escarpées que les autres, ils inauguraient à Saint-Marc leur devise d’année « La Fraternité».
Quelle joie d’accueillir sur les parvis de l’église cette belle jeunesse ! Quelle joie de constater avec quelle dignité ils ont pris place à l’église : tous, sans moult recommandations à la discipline.
BRAVO les animateurs !
Trois histoires vraies ont capté leur attention et éveillé  la noble recherche de fraternité. C’est chaque jour qu’ils sont confrontés à  l’édification de la fraternité dans leur contexte scolaire qui réunit des élèves de toutes appartenances sociales, religieuses, culturelles, raciales etc.

Voilà une infirmière de Colombie qui, au cours des soins qu’elle donnait, s’aperçoit que son patient est le meurtrier de son fils. Son mari aussi a été tué par ce même clan. Une minute de terrible combat intérieur ! Mais elle décide de dépasser son amertume et son besoin de vengeance et prodigue les soins à celui qui a meurtri si profondément son existence.

2047JeunesStAndré1

Cela se passe en RDC. Un groupe paroissial avait organisé une sortie, genre colonie de vacances, dans une autre province. Pour s’ rendre il fallait prendre l’avion. Les familles devaient se procurer les billets. Voilà  que Judith se rend compte qu’une de ses amies ne pourra accompagner le groupe parce que ses parents ne pouvaient supporter les frais d’avion. Judith conçoit l’dée d’échanger son billet d’vion contre deux billets de bateau pour en faire profiter son amie. Par malheur, le bateau qui devait arriver en une semaine à destination, subit une avarie et n’arrive qu’au bout de trois semaines. Un malheur n’rive jamais seul, nos deux voyageuses ne s’étant approvisionnées que pour une semaine, se sont retrouvées sans nourriture et boisson ? Que faire ? Elles ont troqué de leurs habits, chaussures pour de la nourriture ? A leur arrivée tout leur groupe leur a fait la fête sous d’abondantes larmes. Nous étions amaigries, tremblantes, mais heureuses ! Hélas, il ne restait plus que deux jours de vacances et il fallait reprendre le bateau pour rentrer. Cette fois sans problème ! 2017JeunesStAndré2 Notre amitié est devenue très profonde et elle dure toujours, même que nous soyons très loin l’une de l’autre. Nos deux familles sont aussi très fortement soudées. Malgré les difficultés que nous avions à endurer, je n’ai jamais regretté mon geste. Et si j’avais à le refaire, je le referai !

Applaudissements de tous les élèves de 6e, heureux de découvrir des exemples de merveilleuse fraternité vécus dans d’autres cultures.

Puis rencontre avec les Soeurs à  l’extérieur dans les jardins et le parc du couvent : le soleil est de la partie. Les questions fusent et se concluent avec :  Est-ce que c’est difficile d’être Sœur ?  Est-ce que je pourrais venir prier ici ?

Et déjà c’est le départ ! Sac au dos, direction le Schauenberg où une de nos communautés les attend. Revenez bientôt ! Vous êtes toujours les bienvenus. N’oubliez pas la fête de la famille le 5 mai prochain !

Divine et Judith sont novices à Saint-Marc et s’appellent dorénavant : Soeurs Marie Judith et Marie Josiane. Elles attendent des compagnes : venez les rejoindre ! Vous êtes les bienvenues !

2017JeunesStAndré3

2017JeunesStAndré4